Mon parcours

Vous trouverez ici des détails sur mon parcours de formation en psychologie et en psychothérapie ainsi que la signification des différents titres liés à ma pratique : psychopraticien, psychologue, psychothérapeute.

Il existe d’autres « psys » qui sont les psychiatres (ceux qui sont médecins et ont donc une formation en médecine) et les psychanalystes (ceux qui ont suivi une formation dans l’une des Ecoles de psychanalyse). Vous pourrez trouver le détails de ces différents métiers à la page suivante dans la rubrique Quel « psy » aller voir ?

Management et communication

Je n’ai pas toujours été psychologue. Avant de changer de métier, j’ai travaillé 10 ans dans l’Administration. Je faisais de la comptabilité, du Droit, du management.

Rien à voir avec la psychologie ? Pas si sûr !

Car en tant que chef de service, j’avais pour mission de gérer des équipes. Or, les difficultés que j’ai rencontrées dans cette tâche m’ont amenée à m’intéresser à leur organisation et à leur structure sur le plan humain : qu’est-ce qui fait qu’on fonctionne bien ensemble ou au contraire que ça ne fonctionne pas ? Comment peut-on améliorer nos communications interpersonnelles ? De quoi nous protégeons-nous lorsque nous nous parlons de façon agressive ? Quels messages non-verbaux donnons-nous aux autres ? Parle-t-on vraiment de la même chose quand on utilise pourtant les mêmes mots ?

Analyse Transactionnelle

Pour m’aider à répondre à ces questions, en parallèle de mon travail j’ai commencé à me former en Analyse Transactionnelle à l’Ecole d’Analyse Transactionnelle de Paris (EAT Paris) auprès principalement d’Anne Noé et de Jean Macquet désormais formateurs à AT-Psy.
J’ai poursuivi mon cursus d’Analyse Transactionnelle à l’EAT Lyon et je l’ai finalement terminé à l’Institut Rhone-alpin d’Analyse Transactionnelle et approches pluridisciplinaires auprès d’Eric Roland et d’Hélène Ghiringhelli. Plus récemment aussi, de Bill Cornell.
Au terme de ce cursus de 7 années, je peux exercer en tant que psychopraticienne relationnelle. Ce titre correspond à la dénomination des anciens psychothérapeutes qui, depuis 2012, ne peuvent plus porter ce titre s’ils ne sont pas psychologue, médecin ou agréés par l’ARS. Les psychopraticiens pratiquent pourtant la psychothérapie et y sont formés dans une méthode (l’Analyse transactionnelle pour ma part, mais il en existe bien d’autres). Laurie Hawkes qui est formatrice à l’EAT Paris explique particulièrement bien sur son site professionnel de quoi il retourne :

« Pour s’intituler « psychopraticien », il faut:

  • avoir suivi une psychothérapie personnelle approfondie (pour éviter par exemple d’attribuer nos propres problèmes aux personnes qui nous consultent);
  • avoir appris au moins une méthode de psychothérapie;
  • être régulièrement supervisé dans sa pratique;
  • s’engager à respecter un code de déontologie.

Quant à l’adjectif « relationnel », il signifie essentiellement que l’on se sert de la relation entre le praticien et la personne demandeuse pour comprendre et pour faciliter l’évolution. » – Laurie Hawkes

Reprise de l’Université

En parallèle de ce cursus en AT, j’ai finalement entrepris un cursus universitaire.

L’offre universitaire en psychologie est extrêmement variée et toutes les facultés n’offrent pas le même enseignement.

J’ai débuté mon parcours à l’Institut d’Etudes à Distance de l’Université Paris8 (IED). J’y ai obtenu ma licence. L’orientation de cette faculté est cognitiviste. Cela signifie que la psychologie est abordée à partir de nos schémas de pensée, sa physiologie même parfois et qu’on établit régulièrement des diagnostics pour évaluer l’intelligence ou les modes de fonctionnement cérébraux.

J’ai terminé mon cursus universitaire à Lyon2. L’orientation de cette faculté est psychanalytique freudienne, la psychologie y est donc abordée sous l’angle de l’histoire des personnes d’une façon que S. Freud souhaitait « scientifique » en prenant en compte la dimension inconsciente de la personnalité. Les principales autres orientations psychanalytiques enseignées dans d’autres universités sont lacaniennes (portée sur l’analyse linguistique) et jungienne (inscrite dans une perspective plus énergétique et philosophique).
Au terme de ce cursus, j’ai donc obtenu le diplôme de psychologue et le titre de psychologue clinicienne et de psychothérapeute.

EMDR, Systémie et Communication Non-Violente

Désormais, je suis également une formation certifiante en EMDR (de Francine Shapiro) via l’Institut Français d’EMDR ainsi qu’un cycle de conférences en Systémie centrée sur la personne (donné par François Balta à REFLECT). Dans ma pratique, j’utilise également les principes de la Communication Non-Violente (de Marshall Rosenberg) et quelques outils de Gestalt-thérapie (de Fritz Perls).